Élections législatives

A l'occasion de la campagne pour les élections législatives des 12 et 19 juin 2022, le collectif a sollicité tous les candidats pour la circonscription 2, qui comprend le territoire de la narse de Nouvialle.

En effet, il semblait important pour le collectif que les électeurs concernés puissent voter en connaissance de cause.

Voici donc un visuel vous présentant la position de chaque candidat, et l'intégralité de la réponse des candidats qui nous ont fait un retour.

​​​Réponses par ordre de réception :

 

M. Louis TOTY (Divers droite)

"Je ne suis pas favorable à l’exploitation de la nasse de Nouvialle, en raison des atteintes majeures que subirait ce site, et des problèmes liés à la gestion de l’eau.

A Virargues le site est fortement dégradé.

Vous abordez aussi le problème de l’emploi qu’il faut prendre en compte et gérer au mieux.
Une solution de remplacement de la diatomite comme filtre doit aussi être étudiée sérieusement.

Je reste à votre disposition."

 

Mme Mona CHEIKHI (Lutte Ouvrière)

 

"Nous avons bien reçu et lu avec attention votre courrier. En tant que candidats lutte ouvrière aux élections législatives sur la deuxième circonscription du Cantal, nous sommes solidaires de votre combat. Les conséquences du projet de carrière que vous décrivez sur votre site sont celles d’un système basé sur la propriété privée et la recherche de profit maximum. Dans cette situation l’objectif étant l’extraction d’un minerai rare utile aux grands groupes de l’agroalimentaire ainsi qu’aux groupes pharmaceutiques. Nous sommes militants communistes révolutionnaires et pensons que le capitalisme mène inévitablement à la destruction de l’environnement. C’est pourquoi pour nous ce sont les travailleurs organisés qui doivent imposer leur contrôle sur l’économie en décidant eux-mêmes des projets utiles ou non à l’ensemble de la population. Ils doivent revendiquer que l’eau, l’air, le sol et le sous-sol sont des biens communs et ne doivent pas être privatisés. Nous pensons que la lutte pour la défense de l’environnement mais aussi de nos emplois, de nos salaires, et des services indispensables comme la santé, l’éducation, les transports est indissociable de celle contre ce système. Nous devons ôter aux capitalistes le pouvoir de décider sur nos vies ! Ce ne seront pas les élections avec son cortège de marchands d’illusions qui permettront d’enrayer la catastrophe écologique, ni la catastrophe sociale. Les deux nécessitent la même intervention consciente des travailleurs qui produisent tout."

​​

M. Jean-Yves BONY (Les Républicains)

"Durant ces cinq dernières années, je n'ai eu de cesse de défendre le Cantal. 

Au travers de ses paysages, sa nature préservée, mais aussi son économie, notre territoire possède des atouts indéniables. Comme membre à l'Assemblée Nationale de la Commission de Développement Durable, j'ai pu et su démontrer que les premiers défenseurs de la nature, de la biodiversité, les premiers écologistes dans l'âme étaient et sont nos agriculteurs.

En ce qui concerne la narse de Nouvialle, je suis depuis longtemps et je suivrai toujours avec beaucoup d'attention l'évolution du dossier. J'adopterai une attitude responsable, en m'appuyant sur les résolutions et les prises de position des élus du secteur. Je fonderai aussi mon jugement sur le ressenti de la population locale concernée lors de l'évaluation de l'argumentaire des différentes parties et ce, avant de prendre une décision qui pourrait nuire durablement aux uns et aux autres.

Si, au final, il devait y avoir un impact négatif sur la biodiversité du site et sa préservation, je m'opposerai à l'exploitation de celui-ci."

Mme Martine GUIBERT (Ensemble – Majorité présidentielle)

En tant que conseillère communautaire, je me suis opposée à l'exploitation de la narse de Nouvialle. Candidate aux élections législatives sur la 2ème circonscription, j'ai aujourd'hui la volonté de porter auprès de l’État cette position avec force.

Le dernier rapport du GIEC, nous alerte de nouveau sur le rôle majeur des zones humides pour la préservation de la biodiversité, de la ressource en eau et la régulation climatique. Exploiter la narse entraînerait une destruction irréversible de ce site naturel remarquable reconnu d'intérêt communautaire par l'Union Européenne.  

Je porterai tout autant la création d'un projet économique alternatif, essentiel pour la vitalité de notre circonscription, avec tous les acteurs du territoire."

Mme Mélody MORILLE (Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale) :

"La zone humide de la Narse de Nouvialle, tout comme toutes les zones humides restantes doivent être préserver. Le programme de la NUPES (https://nupes-2022.fr/le-programme/#chapitre2) est très clair au sujet de la protection de la nature, il faut la protéger coûte que coûte.

Le sujet des zones humides m'interpelle depuis longtemps, j'ai fait partie des très nombreux.es manifestant.es pour la protection de Notre Dame des Landes et de Sivens. Si je suis élue députée vous pourrez compter sur moi."