L'agriculture

La narse de Nouvialle accueille 33 agriculteurs qui y trouvent un fourrage de qualité. La préservation de cette dernière revêt ainsi un enjeu économique de première importance

Dans les conditions de changements climatiques actuelles, la conservation des zones humides est aujourd'hui reconnue par la profession agricole. 

La problématique de la disponibilité de l'eau est en effet devenue aujourd'hui un enjeu majeur, dans un contexte de changements climatiques globaux, dont les agriculteurs sont les premiers à ressentir les effets. 

Les services agricoles fournis par les zones humides sont multiples.

 

Elles fournissent dans un premier temps une ressource en eau de bonne qualité utile pour l’abreuvement des animaux.

 

Dans un second temps, elles représentent une ressource fourragère qui s’avère de plus en plus indispensable dans un contexte de changements climatiques, et de sécheresses prolongées et répétées. Elles sont ainsi de plus en plus considérées comme une « assurance sécheresse », permettant de limiter de l’utilisation des stocks d’hiver.

 

De plus, elles offrent des pics de floraison étalés, qui permet une souplesse de récolte, contrairement à des prairies monospécifiques à haut rendement, dont la fenêtre d’exploitation est beaucoup plus réduite.

Enfin, la richesse floristique des prairies naturelles présentes sur la narse de Nouvialle permet de produire des laits et viandes de qualité et typique du terroir local.

L'agriculture contribue enfin à entretenir la narse de Nouvialle, la rendant accueillante pour de nombreuses espèces végétales et animales. Sa préservation passe donc par le maintien des activités pastorales ou de fauche actuellement présentes. 

Eléments clés : 

33 agriculteurs ayant au moins une parcelle sur la narse

Près de 400 ha de surfaces agricoles

Des prairies contribuant à la notoriété de nos produits de terroir (AOP, Label...)

Une ressource fourragère de qualité en période de sécheresse

Vaches de race Aubrac à Nouvialle

L'agriculture et la biodiversité sur Nouvialle, des vaches Aubrac et un Courlis cendré